Concours « Ma Thèse en 180 secondes Sorbonne Universités »

01 avril 2014 - Amphithéâtre 25, Campus Jussieu

Le concours « Ma Thèse en 180 secondes » Sorbonne Universités s’est déroulé mardi 1er avril 2014 à l’UPMC. 19 jeunes chercheurs ont relevé le défi… présenter leur thèse au public en 3 minutes !
En 180 secondes chrono, et pas une de plus, nos 19 candidats ont réussi avec brio l’épreuve de donner un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur leur projet de recherche. Le tout en n’utilisant qu’une seule diapositive !
Une soirée conviviale où le public a pu découvrir la richesse des sujets de recherche et apprécier la passion des jeunes chercheurs de l’UPMC et de l’Université Paris-Sorbonne.

Analyse de forme pour l'étude de la variabilité anatomique de l'hippocampe


Envie de télécharger cette vidéo sur votre ordinateur ? Cliquez ici (poids : 48.2 Mo)

Résumé

L'hippocampe est une fascinante petite structure cérébrale (non, je ne parle pas de l'hippocampe marin !) dont le rôle est crucial. Elle permet entre autres de faire appel à nos souvenirs de manière consciente ou de se repérer dans l'espace. L'hippocampe s'observe en imagerie cérébrale, et c'est ainsi que des médecins ont découvert une certaine forme d'hippocampe (> 20 % de la population !) qui se distingue de la forme saine habituelle. Y aurait-il un gène à l'origine de cette différence ? On sait qu'un certain gène à facteur de risque pour la maladie d'Alzheimer agit sur le volume de l'hippocampe. Mais qu'en est-il de sa forme ? L'étude de celle-ci et de ses implications sur notre cerveau demande d'allier l’échelle moléculaire de la génétique à l'échelle macroscopique de l'imagerie cérébrale. Mais comment comparer des formes ?
On a choisi un modèle de déformation mathématique qui respecte l'anatomie. Parcourir l'espace des hippocampes, c'est comme se déplacer à la surface de la Terre ; un hippocampe anatomiquement réaliste = un lieu sur Terre. Si on veut estimer la trajectoire de déformation entre deux formes d'hippocampes (ou lieux sur Terre), il faut se déplacer de l'un à l'autre. Pour pouvoir apprécier une forme moyenne plausible, on doit se déplacer en surface et s'arrêter à mi-chemin : « creuser un tunnel » comme raccourci nous ferait alors sortir de l'espace des hippocampes réalistes. Cette analyse morphologique mariée à la génétique va permettre de mieux connaître l'hippocampe.

Centre de recherche de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (CRICM, CNRS/UPMC/Inserm)

École doctorale « Cerveau, cognition, comportement (3C) »


Orateur(s) : Claire Cury
Public : Tous
Date : 01 avril 2014
Lieu : UPMC Amphithéâtre 25