Concours « Ma Thèse en 180 secondes Sorbonne Universités »

01 avril 2014 - Amphithéâtre 25, Campus Jussieu

Le concours « Ma Thèse en 180 secondes » Sorbonne Universités s’est déroulé mardi 1er avril 2014 à l’UPMC. 19 jeunes chercheurs ont relevé le défi… présenter leur thèse au public en 3 minutes !
En 180 secondes chrono, et pas une de plus, nos 19 candidats ont réussi avec brio l’épreuve de donner un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur leur projet de recherche. Le tout en n’utilisant qu’une seule diapositive !
Une soirée conviviale où le public a pu découvrir la richesse des sujets de recherche et apprécier la passion des jeunes chercheurs de l’UPMC et de l’Université Paris-Sorbonne.

Outils analytiques et numériques pour la dynamique des systèmes planétaires extrasolaires en résonance ou non


Envie de télécharger cette vidéo sur votre ordinateur ? Cliquez ici (poids : 55.2 Mo)

Résumé

Et si les planètes chantaient ? Je m'explique. Après leur formation autour de leur étoile-mère, les planètes migrent : au lieu de faire un cercle autour de l'étoile, elles spiralent doucement. Et plus elles s'approchent de l'étoile, plus elles tournent vite (la Terre en un an, Mercure en 88 jours). Comme un chanteur qui chante de plus en plus aigu. Deux planètes qui migrent finissent souvent dans un état d'harmonie : la résonance. Une résonance c'est quand une planète fait un tour pendant que l'autre en fait deux (ou 1-3, 2-3…). Comme deux chanteurs qui chantent à la tierce, à l'octave... C'est beau.
En écoutant le chant des exoplanètes (autour d'autres étoiles), on s'est aperçu qu'il y en a beaucoup qui chantent presque juste, mais pas exactement. Elles sont juste à côté d'une résonance. On pense que quand elles étaient jeunes, comme beaucoup de planètes, elles ont eu une phase de migration rapide pendant laquelle elles ont trouvé l'harmonie parfaite (la résonance). Mais après cette première phase, un autre phénomène s'est mis à les désaccorder lentement.
Le coupable : l'effet de marée. Comme la Lune déforme les océans sur Terre, une étoile déforme ses planètes. Et comme la Lune s'éloigne de la Terre (4 cm/an) à cause de l'effet de marée, les planètes s'éloignent ou s'approchent de l'étoile. Et l'harmonie est brisée. En comparant le chant de deux planètes, on peut savoir si l'effet de marée a été fort et cela nous renseigne sur la nature des planètes. Bref, si les planètes chantaient, elles chanteraient faux !

Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCCE, Observatoire de Paris/CNRS/UPMC/Université Lille 1/Université Paris-Sud/Bureau des longitudes/IPSA)

École doctorale « Astronomie et astrophysique d'Île-de-France »


Orateur(s) : Jean-Baptiste Delisle
Public : Tous
Date : 01 avril 2014
Lieu : UPMC Amphithéâtre 25