Concours « Ma Thèse en 180 secondes Sorbonne Universités »

01 avril 2014 - Amphithéâtre 25, Campus Jussieu

Le concours « Ma Thèse en 180 secondes » Sorbonne Universités s’est déroulé mardi 1er avril 2014 à l’UPMC. 19 jeunes chercheurs ont relevé le défi… présenter leur thèse au public en 3 minutes !
En 180 secondes chrono, et pas une de plus, nos 19 candidats ont réussi avec brio l’épreuve de donner un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur leur projet de recherche. Le tout en n’utilisant qu’une seule diapositive !
Une soirée conviviale où le public a pu découvrir la richesse des sujets de recherche et apprécier la passion des jeunes chercheurs de l’UPMC et de l’Université Paris-Sorbonne.

Création de souvenirs artificiels pendant le sommeil – Gaétan de Lavilléon – prix du public


Envie de télécharger cette vidéo sur votre ordinateur ? Cliquez ici (poids : 54.8 Mo)

Résumé

Nous savons que notre cerveau est particulièrement actif durant le sommeil. Lorsque nous dormons, notre cerveau, lui, continue de créer. Ainsi, il a été montré que le cerveau du rongeur, pendant son sommeil, rejouait les trajectoires que l’animal avait effectuées pendant la journée. Il existe dans notre cerveau, comme dans celui des rongeurs, des cellules particulières, qui s’activent à des endroits bien précis de notre environnement. À chaque endroit d’une pièce, ou d’un chemin, sa cellule propre. On les appelle donc des cellules de lieu. On peut ainsi, en enregistrant l’activité de ces neurones, savoir où est l’animal. Et lorsqu’il dort, des trajectoires entières sont effectuées, comme si l’animal rêvait qu’il marchait dans ce labyrinthe. Pendant cette phase de sommeil, nous n’avons pas seulement enregistré l’activité du cerveau, et de ces cellules. Nous avons stimulé une région précise, impliquée dans les processus de plaisir. Ainsi, dès qu’une cellule précise était active, dès que la souris rêvait de ce lieu, nous stimulions cette région, provoquant comme un plaisir onirique.
Au réveil de l’animal, nous avons pu voir qu’il se rendait immédiatement dans ce lieu que nous avions choisi, celui représenté par cette cellule, afin d’y retrouver l’idée d’une récompense, qui, malheureusement pour elle, ne venait que de ses rêves !
Nous avons pu montrer que ces cellules de lieu étaient bien à la base de notre navigation spatiale, mais aussi que faire de nos rêves une réalité, serait finalement possible.

Laboratoire de plasticité du cerveau (CNRS/ESPCI), équipe MOBs (Memory, Oscillations and Brain states)

Neurosciences Paris-Seine (CNRS/UPMC/Inserm), équipe ENMVI (navigation, mémoire et vieillissement)

École doctorale « Cerveau, cognition, comportement (3C) »


Orateur(s) : Gaëtan de Lavilleon
Public : Tous
Date : 01 avril 2014
Lieu : UPMC Amphithéâtre 25