Concours « Ma Thèse en 180 secondes Sorbonne Universités »

01 avril 2014 - Amphithéâtre 25, Campus Jussieu

Le concours « Ma Thèse en 180 secondes » Sorbonne Universités s’est déroulé mardi 1er avril 2014 à l’UPMC. 19 jeunes chercheurs ont relevé le défi… présenter leur thèse au public en 3 minutes !
En 180 secondes chrono, et pas une de plus, nos 19 candidats ont réussi avec brio l’épreuve de donner un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur leur projet de recherche. Le tout en n’utilisant qu’une seule diapositive !
Une soirée conviviale où le public a pu découvrir la richesse des sujets de recherche et apprécier la passion des jeunes chercheurs de l’UPMC et de l’Université Paris-Sorbonne.

Décodage de l’activité neuronale de la rétine


Envie de télécharger cette vidéo sur votre ordinateur ? Cliquez ici (poids : 51 Mo)

Résumé

Notre cerveau, situé bien à l'abri dans notre boite crânienne, ne voit pas souvent la lumière du jour. Si on y voit quelque chose, c'est uniquement grâce à nos yeux. Or les yeux ne sont pas de simples trous qui laissent passer la lumière jusqu'au cerveau. En fait, l'oeil fonctionne plutôt comme une caméra : il transforme l'image se projetant sur la rétine en signaux électriques, qu'il envoie ensuite au cerveau via le nerf optique. Ici, il faut faire une précision sur la rétine : elle est constituée de plusieurs couches de neurones (eh oui, les neurones ne sont pas que dans le cerveau, nous en avons en réalité dans tout notre corps, et même dans notre estomac). La première couche de ces neurones, la plus connue, est celle des photorécepteurs. Ces neurones ont la particularité de répondre à la lumière en émettant des signaux électriques. Ces signaux sont ensuite envoyés aux relais de neurones suivants de la rétine, les cellules bipolaires et les cellules ganglionnaires, qui sont nettement moins connues. Et pour cause, on ne sait pas encore très bien ce qu'elles fabriquent.
Pour vous imaginer mon travail, figurez-vous un indien suspendu à un poteau télégraphique, essayant d'espionner les conversations avec un voltmètre, mais qui n'aurait malheureusement aucune connaissance du morse. Le fil télégraphique dans mon travail, c'est le nerf optique. Le morse, c'est le code que l'oeil utilise pour transmettre l'information visuelle au cerveau. L'indien suspendu, vous l'avez probablement deviné, c'est moi.

Institut de la vision (CNRS/UPMC/Inserm)

École doctorale « Cerveau, cognition, comportement (3C) »


Orateur(s) : Stéphane Deny
Public : Tous
Date : 01 avril 2014
Lieu : UPMC Amphithéâtre 25