Concours « Ma Thèse en 180 secondes Sorbonne Universités »

01 avril 2014 - Amphithéâtre 25, Campus Jussieu

Le concours « Ma Thèse en 180 secondes » Sorbonne Universités s’est déroulé mardi 1er avril 2014 à l’UPMC. 19 jeunes chercheurs ont relevé le défi… présenter leur thèse au public en 3 minutes !
En 180 secondes chrono, et pas une de plus, nos 19 candidats ont réussi avec brio l’épreuve de donner un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur leur projet de recherche. Le tout en n’utilisant qu’une seule diapositive !
Une soirée conviviale où le public a pu découvrir la richesse des sujets de recherche et apprécier la passion des jeunes chercheurs de l’UPMC et de l’Université Paris-Sorbonne.

Étude d'auto-assemblage de bio-tensioactifs et leur application en synthèse des nanomatériaux


Envie de télécharger cette vidéo sur votre ordinateur ? Cliquez ici (poids : 53.1 Mo)

Résumé

De nos jours, beaucoup de produits de nettoyages tels que les détergents pour laver les sols ou la salle de bain sont des produits agressifs qui sont nocifs pour la santé du consommateur et dangereux pour l’environnement.
Le besoin de protéger l’environnement est un défi de plus en plus important et dans ce cadre la mise sur le marché de produits de nettoyage écoresponsables ayant une origine purement biologique est de plus en plus nécessaire et revendiquée.
Ma thèse porte sur l’étude d’un tensioactif (une molécule qui « lave ») entièrement biologique, biodégradable et qui est produit par une levure, un organisme vivant, et non par synthèse chimique comme la plupart des autres tensioactifs qui génèrent beaucoup de déchets et utilisent des produits toxiques pour leur fabrication. Le procédé de synthèse de notre molécule possède en plus l’avantage d’avoir des rendements très élevés et d’utiliser des produits de départs simples et peu coûteux comme du sucre et de l’huile.
Avant une éventuelle commercialisation, on doit connaître le comportement de ce tensioactif en solution, par exemple comment il réagit en fonction du pH ou de la température. À l’aide de différentes techniques physico-chimiques, on établit une fiche qui caractérise le tensioactif selon différents paramètres. Peut-être qu’un jour cette molécule que j’étudie pendant mes trois ans de thèse pourra substituer un tensioactif actuellement utilisé et on le retrouvera dans les savons, les détergents ou les produits de nettoyage pour la maison.

Laboratoire de chimie de la matière condensée de Paris (UPMC/CNRS/Collège de France)

École doctorale « Physique et chimie des matériaux »


Orateur(s) : Anne-Sophie Cuvier
Public : Tous
Date : 01 avril 2014
Lieu : UPMC Amphithéâtre 25